Salle de concert et des congrès, Fribourg e. Br.

///Salle de concert et des congrès, Fribourg e. Br.

Salle de concert et des congrès, Fribourg e. Br.

Salle de concert et des congrès, Fribourg e. Br.2018-07-26T14:39:25+02:00

»…Claudio Abbado, … ne s’est rendu à ce rendez-vous qu’à la condition que les résonateurs destinés à l’amélioration sonore soient installés sur la scène mais également sur la paroi arrière comme pour son concert avec l’orchestre de la jeunesse Gustav-Mahler en septembre de l’année dernière …«
W. Dobler, « ALBERT KONZERTE », promoteur de concert

L’objet

Le palais des concerts de Fribourg a été inauguré en 1996. Sur les 1000 m² que compte la salle Rolf-Böhme, qui abrite l’orchestre symphonique de la radio SWR de Baden-Baden et Fribourg e. Br. peuvent prendre place jusqu‘à 1744 spectateurs. Après le concert d’ouverture du Philharmonique de Berlin il y eut une grande agitation, ceux-ci s’étant plaints de graves problèmes de compréhension sur la scène. Les autres exécutants et promoteurs et en particulier l’orchestre symphonique de la radio SWR s’étant joints à cette critique, des tests circonstanciés ont été réalisés avec Ignatius.

Situation de départ

Mathias Weigmann, manager de l’orchestre symphonique de la radio SWR avant les essais:

»Les hautes fréquences étant réfléchies de façon superproportionnelle, la sonorité de l’orchestre est certes brillante, mais tend vers les aigües. Mais un plus grand problème consiste dans le fait que les musiciens sur la scène ont beaucoup de mal à s’entendre les uns les autres et réciproquement.«

Tests acoustiques

Mathias Weigmann sur le résultat des séries d‘essais Ignatius:

»La sonorité de l’orchestre a gagné en transparence et en harmonie, les cordes ont eu un effet plus chaud, les cuivres ont perdu de leur caractère strident. Les problèmes d’intelligibilité sur scène ont semblé résolus. L’audibilité dans la salle a été étonnamment équilibrée. La portée améliorée des sons a été frappante.«

La mise en œuvre

Aux termes des essais très concluants Ignatius a été chargé des travaux de retouche acoustiques. 30 membranes de résonance orbiculaires à spectres accordés Ignatius en panneaux de polycarbonate de 4 mm d’épaisseur ont été accrochées au-dessus de la scène. Par ailleurs douze résonateurs à plaques mobiles Ignatius de 3 m de haut sont disponibles, qui sont à poster à proximité immédiate des exécutants.

Après l’installation définitive Ignatius la presse locale par la voix du quotidien Badische Zeitung s’en fit l‘écho:

»C’est un pur miracle de l’avis d’un des musiciens, qui en 1996 à l’occasion de leur première apparition dans le nouveau bâtiment s’était essayé avec l’énergie du désespoir à améliorer par lui même l’acoustique à force de plateaux de table et de couvertures.

Pour les auditeurs dans la salle le repérage spatial a été grandement facilité. L’auditeur qui se concentre en fermant les yeux peut détecter avec précision la position des instruments et les „pupitres“ des musiciens. De plus la sonorité de l’orchestre a beaucoup gagné en profondeur. La réverbération rapide et dure des sons des instruments à proximité du buffet sans orgue a disparu.«
Rolf Müller, Badische Zeitung

fr_konzert02